RythMix

« RythMix » c’est le mix de rythmes qui d’habitude ne se rencontrent pas. Ceux que je jouent pour accompagner la danse au djembé et avec d’autres instruments de percussion mélangés à des boucles de batterie et des sons rythmiques et synthétiques.

C’est aussi le mix d’enregistrement d’instruments acoustique et d’autres virtuels.

C’est encore des instruments traditionnels joués hors contexte.

Photo

J’ai eu le plaisir de travailler pour le réaliser avec la flutiste Elsa Marquet Lienhart, Arnaud Fischer qui a effectué le mixage, Manuel Payet la masterisation, et Béatrice Villemant qui a pris en charge la conception graphique de la pochette.











Flushing Stone (extrait)

Rebounce Slap (extrait)

Salutation From Island (extrait)

Special Mind (extrait)

Tribute To C.W. (extrait)




Nannook Sinaktumaninga (Le songe de Nanook)

Ce spectacle transdisciplinaire est réalisé et interprété par les directeurs artistiques de la CieK (Khagan) et Profusion (B.Besnaïnou)(cf.dossier)

Ce spectacle s’inspirant de la culture Inuit, s’intègre dans un projet plus vaste qui à pour origine l’échange qui a lieu depuis quatre ans avec la compagnie art’cirq troupe de jeunes artistes basée à Igloolik (Nunavut) et notamment lors d’un voyage au printemps 2009.

Voyage ayant donné lieu à la réalisation d’un vidéogramme « carnet de voyage » (le songe( ?)) proposé au festival Futura en 2010.

Le spectacle a été créé en novembre 2011 dans le cadre des « Musicales du mardi »à Villebon/Yvette. (les extraits de la captation du spectacle sont en ligne sur le site www.profusion.fr)

Photo Photo Photo Photo











Paysages Possibles

Ce disque reprend, de manière non exhaustive, des musiques composées pour trois spectacles. Ils ont été l'occasion de rencontres humaines particuli&eagrave;rement enrichissantes, mais aussi de rencontres « intellectuelles » avec des œuvres :

  • Les Villes Invisibles d'Italo Calvino
  • Réveil (le sacre du printemps) Igor Stravinsky.

Ce projet a aussi permis de réarranger certains morceaux et de profiter du travail en studio pour les enrichir d'autres instrumentations. Il rend compte de la variété des univers sonores qui m'ont imprégné depuis toujours.

Photo

Les musiciens interprètes :

  • Bruno Besnaïnou
  • Myriam Bonin : accordéon
  • John Boswell : Tabla, pekawaj, Udu
  • Jean-Yves Colson : batterie
  • Jean-Michel Davis : vibraphone
  • Francis Demange : flûte, piano, claviers
  • Mathieu Demange : vibraphone, claviers, percussions
  • Sandra Valette : vibraphone, timbales, percussions
  • Marie-Agnès Nataf : piano
  • Yvan Talbot : bolon, bara
  • Prise de son et mixage : Arnaud Fischer
  • Mastering : Manuel Payet
  • Graphisme : Béatrice Villemant

Birds (extrait)

Finale (extrait)

Pas Mal et Vous (extrait)

Rupture (extrait)

Source (extrait)




Emergence

Photo

Spectacle musical mis en lumière, pour percussions et claviers, et dans lequel les "couleurs" de la musique "répondent en écho" à celles de la lumière. Pour ce faire le parti a été pris d'utiliser les timbres d'instruments en fonction de leur matière et de les associer aux teintes de couleurs (ex : percussions métalliques associées aux teintes froides telles que le bleu ou le vert). Corolairement et au fur et à mesure que les couleurs évoluent des teintes froides vers les teintes chaudes, les modes musicaux utilisés sont de plus en plus élaborés.

Photo


Ont participé à ce spectacle :

  • Julien André : percussions
  • Bruno Besnaïnou : composition / percussions
  • John Boswell : claviers / percussions
  • Jean-Michel Davis: claviers / percussions
  • Francis Demange : arrangements / claviers
  • Yvan Talbot : percussions
  • Laurent Cauvain : création lumières
  • Bruno Moinard : ingénieur du son

L'oeil du cyclone

Critics Acouatics

K-rin aux lèvres qui claquent






Réveil

Création chorégraphique et musicale, co-produite par la compagnie "One Step" le CNDC d'Angers, s'inspirant de l'oeuvre d'Igor Stravinsky, "Le sacre du printemps". Il s'agissait, à partir de diverses sources de réflexions et d'analyses personnelles, de transposer les éléments majeurs qui sous-tendent l'oeuvre d'I.Stravinsky. Si les références musicales du Sacre sont profondément enracinées dans les traditions slaves, celles de ce spectacle trouvent leurs origines dans le continent africain. D'autre part, alors que Stravinsky avait écrit la musique avant même la chorégraphie, la création chorégraphique et musicale s'étaient effectuées cette fois-ci de manière corollaire.Enfin concernant la musique, et à nouveaux, c'est en s'inspirant de la construction précise et rigoureuse de celle du Sacre qu'elle a été écrite :

Photo

"On peut en effet distinguer dans la forme générale trois grandes catégories structurelles : La première est celle des Khorovod ; ils sont d'essence mélodique, généralement de type modal.La seconde catégorie est celle des Danses, c'est ici le règne de la rythmique discontinue, asymétrique.Enfin, les Processions, constitue la troisième catégorie. La "distribution" de ces trois types de structures obéit au schéma suivant : Première partie : Introduction D D K D P P D Deuxième partie : Introduction K D P P D

"Igor Stravinsky", A. Boucourechliev





Ont participé à ce spectacle :

  • Elsa Wolliastion : direction artistique / chorégraphie
  • Bruno Besnaïnou : composition

Musiciens :

  • Marie Agnès Nataf : piano
  • Jean-Yves Colson : batterie
  • Bruno Besnaïnou : percussions
  • Jean-Michel Davis : vibraphone / percussions
  • Francis Demange : arrangements / claviers / flûte

Danseurs :

  • Manuella Agnesini
  • Serge Anagonou
  • Agnès Boucris
  • Xavier Francillette
  • Régina Goerger
  • Odile Labourdarie
  • Pierre-Guy Ortal
  • Charlotte Schioler
  • Francis Viet
  • Laurent Cauvain : lumières / scénographie
  • Bruno Moinard : sonorisation

Pour en savoir plus sur l'élaboration et la conception du spectacle, cliquez ici.


Extrait 1

Extrait 2

Extrait 3



REVEIL est un spectacle chorégraphique et musical s'inspirant de l'oeuvre d' Igor Stravinsky, "Le sacre du printemps":

"J'entrevis un jour dans mon imagination,le spectacle d'un grand rite sacral païen: les vieux sages, assis en cercle, observant la danse à mort d'une jeune fille, qu'ils sacrifient pour leur rendre propice le dieu du printemps."

"CHRONIQUES" I.Stravinsky

Sur le fond.

Il s'agit, à partir de diverses sources de réflexions et d'analyses personnelles, de transposer les éléments majeurs qui sous-tendent l'oeuvre d'I.Stravinsky. En effet, si les références musicales du Sacre sont profondément enracinées dans les traditions slaves, celles de ce projet trouvent leurs origines dans le continent africain.

En effet c'est à l'animisme que Stravinsky fait référence (même s'il ne le nomme pas ainsi).

L'animisme est sans conteste un des systèmes philosophico- religieux le plus répandu dans le monde et à diverses époques; des celtes de l'époque druidique aux "hommes médecines" d'amérique du nord en passant par les "rêveurs" Aborigénes d'Australie et enfin aux shamans Yakouts de Sibérie ainsi que ceux de la Russie ancienne, celle-là même qui inspira Stravinsky:

C'est néanmoins sur le continent africain que l'animisme est le plus présent (il est à l'origine du vaudou) et encore d'actualité malgré la pénétration d'autres cultes.Une habitude réductrice de notre siècle consiste à ne considérer que l'aspect le plus spectaculaire, sanglant et animal, d'une forme d'animisme qu' est le vaudou. Or s'il est vrai qu'une partie de ces cultes célèbre les morts et leur royaume, une autre célèbre la nature et les forces qui la gouvernent: celles qui président au monde végétal ainsi qu'au monde du minéral.

Sur la forme.

Par dela le principe de contraste et de complémentarité [...] qui régit les "introductions" aux deux parties de l'oeuvre, on peut distinguer dans la forme générale trois grandes catégories structurelles.
La première est celle des Khorovod; [...] ils sont d'essence mélodique, généralement de type modal. [...]
La seconde catégorie est celle des Danses ,[...] c'est ici le règne de la rythmique discontinue, assymétrique.[...]
Enfin, les Processions, constitue la troisième catégorie.[...] La "distribution", dans la forme générale, de ces trois types de structures révèle des concordances étonnantes et apparait comme un
des facteurs de perception d'une unité formelle; cette distribution obéit au schéma suivant:
1-Introduction D D K D P P D
2-Introduction K D P P D

"IGOR STRAVINSKY" A.Boucourechliev

C'est en m'inspirant de cette analyse que j'ai écrit la musique de ce spectacle (cf graphique):

J'ai repris le même enchainement de séquences en respectant leur caractère bien qu'il n'y ai pas une introduction avant chaque partie mais une seule en début de spectacle. A ce propos, il semble que pour l'introduction de la première partie, Stravinsky a utilisé une mélodie traditionnelle lituannienne dont il à modifié le rythme le rendant irrégulier. J'ai donc également utilisé comme base de travail pour l'introduction du spectacle une mélodie traditionnelle africaine (des pygmées baka). Par ailleurs, alors que Stravinsky avait conçu le Sacre musicalement avant même la chorégraphie, la création chorégraphique et musicale se sont effectuées, dans ce projet, de manière corollaire.

Tableau 1

Tableau 1

Tableau 2

Tableau 2

Tableau 3

Tableau 3

Les Villes Invisibles

Spectacle musical et chorégraphique inspiré du livre d'Italo Calvino, produit par l'association avec le concours de la SPEDIDAM. Celui ci imagine les "rapports" que Marco Polo fait à Kubilaï Khan sur l'état de son empire à chaque retour de "missions". Ceux-ci prennent la forme de descriptions de villes et sont entrecoupé de textes imaginant les dialogues entre les deux hommes. Pour ce livre Italo Calvino (qui faisait partie du groupe Oulipo) utilisa une "grille" d'écriture.L'élaboration du spectacle s'appuie sur une méthode similaire ; une grille d'écriture musicale a été inventée en utilisant plusieurs échelles de notes, six sont modales (4 pentatoniques, 2 heptatoniques) les autres étant des combinaisons deux à deux de certaines des six premières donnant des "echelles atonales" ou des tonalités. Toutes ces échelles servent de bases aux diverses séquences musicales et reviennent cycliquement. Une même grille d'enchaênements harmoniques est utilisée pour les parties tonales, et enfin, certains timbres d'instruments acoustiques ou synthétiques sont utilisés de manière récurente. Pour ce spectacle, la musique à été préalablement écrite et a servi de base de travail aux chorégraphes.

Ont participé à ce concert :

  • Myriam Bonin : accordéon
  • Bruno Besnaïnou
  • Francis Demange : claviers, flûte
  • Blandine Courel et Isabelle Human : chorégraphie et danse

Pour en savoir plus sur l'élaboration et la conception du spectacle, cliquez ici.



Le projet est né d'une rencontre avec un livre : Les Villes Invisibles d'Italo Calvino.

L'écriture musicale s'est orientée selon plusieurs axes tous induits par le livre : la rencontre, la trame de la ville et des relations humaines, la redondance de la ville.

De prime abord et lorsqu'on regarde la table des matières, on est frappé par le fait que l'ordre des textes ne semble répondre à aucune logique (cf. tableau 1).

Néanmoins si l'on se rappelle qu' Italo Calvino faisait partie de l'Oulipo on est tenté de creuser l'idée qu'une construction sous jacente existe et c'est en effet le cas (cf. tableau 2).

J'ai retranscris la construction remarquable du livre ainsi que la poésie et la beauté des textes, les ambiances qu'ils évoquaient, leur brièveté, par des séquences musicales brèves, mélodiques, harmoniques ou rythmiques, combinant ces genres de diverses manières.

J'ai mis ainsi en parallèle la composition musicale et la trame du texte ; Troix textes, enregistrés par troix récitants et mettant en relief l'idée de trame sont "insérés" dans le spectacle. Ce concept a été traité musicalement en utilisant plusieurs échelles de notes, six sont modales (4 pentatoniques, 2 heptatoniques), les autres étant des combinaisons deux à deux de certaines des six premières donnant des échelles atonale ou des tonalités. Toutes ces échelles servent de bases aux diverses séquences musicales et reviennent cycliquement.

Un "refrain" commun aux danseuses et aux musiciens réapparait à plusieurs reprises au cours du spectacle, une même grille d'enchaînements harmoniques est utilisée pour les parties tonales, et enfin, certains timbres d'instruments acoustiques ou synthétiques sont utilisés de manière récurrente (cf. tableau 3).

Tableau 1

    I

9   .....
11  Les villes et la mémoire.   1.
12  Les villes et la mémoire.   2.
13  Les villes et le désir.     1.
15  Les villes et la mémoire.   3.
17  Les villes et le désir.     2.
19  Les villes et le signes.    1.
21  Les villes et la mémoire.   4.
23  Les villes et le désir.     3.
25  Les villes et le signes.    2.
27  Les villes effilées.        1.
29  .....


    II

35  .....
39  Les villes et la mémoire.   5.
41  Les villes et le désir.     4.
43  Les villes et le signes.    3.
45  Les villes effilées.        2.
47  Les villes et les échanges. 1.
49  .....


    III

55  .....
57  Les villes et le désir.     5.
59  Les villes et les signes.   4.
62  Les villes effilées.        3.
64  Les villes et les échanges. 2.
66  Les villes et le regard.    1.
68  .....
    IV

73  .....
75  Les villes et les signes.   5.
77  Les villes effilées.        4.
79  Les villes et les échanges. 3.
81  Les villes et le regard.    2.
82  Les villes et le nom.       1.
84  .....


    V

89  .....
91  Les villes effilées.        5.
92  Les villes et les échanges. 4.
94  Les villes et le regard.    3.
95  Les villes et le nom.       2.
98  Les villes et les morts.    1.
100 .....


     VI

103 Les villes et les échanges. 5.
108 Les villes et le regard.    4.
110 Les villes et le nom.       3.
112 Les villes et les morts.    2.
115 Les villes et le ciel.      1.
117 .....


    VII

121 .....
123 Les villes et le regard.    5.
124 Les villes et le nom.       4.
127 Les villes et les morts.    3.
130 Les villes et le ciel.      2.
133 Les villes continues.       1.
136 .....


    VIII

141 .....
144 Les villes et le nom.       5.
146 Les villes et les morts.    4.
147 Les villes et le ciel.      3.
149 Les villes continues.       2.
150 Les villes cachées.         1.
152 .....


    IX

157 .....
162 Les villes et les morts.    5.
166 Les villes et le ciel.      4.
168 Les villes continues.       3.
170 Les villes cachées.         2.
172 Les villes et le ciel.      5.
174 Les villes continues.       4.
177 Les villes cachées.         3.
180 Les villes continues.       5.
183 Les villes cachées.         4.
185 Les villes cachées.         5.
188 .....

Tableau 2

Schema

Tableau 3

Graphique

Percussion en Noir et Blanc

Initialement quatuor acoustique de percussions, l'ensemble de l'époque se constituait de deux instrumentistes de formation classique et de deux instrumentistes formés aux percussions traditionnelles extra-européennes; son répertoire, fruit d'une élaboration collégiale, met en valeur les sonorités riches et variées de percussions originaires de plusieurs régions du monde.

Photo

Les musiciens y ayant joué :

  • Bruno Besnaïnou
  • Alain Brammer
  • Jacques Bruyàre
  • Stéphane Chauveau
  • Jean-Michel Davis
  • Bruno Grare
  • Xavier Mertian